Avortement, maternité et bien-être des femmes

  Auteurs : Russo, N., Zierk, K.   Date de publication : 1992
lien URL vers l‘étude

Cet article tend à mettre en évidence une estime de soi plus grande chez les jeunes femmes qui ont pratiqué un avortement que chez celle qui ont mené leur grossesse à terme.

Titre original de l'étude : Abortion, childbearing and women well-being

I

Informations générales

  • Âge des femmes moins de 33 ans en 1987
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Faible estime de soi, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - National Longitudinal Survey of Youth (NLSY)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG Etude 1 : 733 Etude 2: 317
  • Effectif - pas avortement (qu'il y ait ou non une grossesse) Etude 1 : 4562 Etude 2: 4185
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Faible estime de soi
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Rosenberg Self-Esteem Scale
s

Synthèse

La relation de l'avortement au bien-être des femmes est examinée sur une période de 8 ans à l'aide d'un échantillon national de 5295 femmes américaines.

Aucune preuve de traumatisme post-avortement général n'a été trouvée. Avoir un avortement était positivement associée à une estime de soi plus grande, en particulier les sentiments d'estime de soi, de se sentir capable, et de l'absence de sentiment d'échec.

Après ajustement, aucune relation indépendante n'a été mise en évidence entre avoir un avortement (ni avoir des avortements répétés) et bien-être. Ceci suggère que la relation entre l'avortement et le bien-être reflète le rôle attribué par la femme à l'avortement dans le contrôle de la fertilité et sa capacité à s'adapter à ce qu'elle a vécu.

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant la mesure du critère de résultat (les troubles psychologiques) : Questionnaire standardisé

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant la population étudiée : Population particulière : généralisabilité incertaine

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Il s'agit d'un échantillon national de jeunes de 14-21 ans en 1979, mais avec sur-représentation de personnes des communautés noires, hispaniques ou de blancs pauvres.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page