Associations entre IVG, Troubles mentaux et comportement suicidaire dans un échantillon national

  Auteurs : Mota NP, Burnett M, Sareen J.   Date de publication : 2010
lien URL vers l‘étude

Cette article étudie la relation entre IVG et survenue de maladies mentales et d'idéation suicidaire ainsi que la relation temporelle entre l'âge de l'IVG et l'âge de survenue des maladies mentales. Elle démontre une fréquence plus grande, de façon significative, des maladies mentales dans le groupe de la population ayant eu une IVG, avec par exemple 59% d'idées suicidaires en plus chez les femmes qui déclarent avoir eu au moins une IVG par rapport à la population générale. Mais rien ne permet de conclure sur le sens de la relation entre troubles et avortement.

Titre original de l'étude : Associations between Abortion, Mental Disorders, and Suicidal Behavior in a Nationally Representative Sample

I

Informations générales

  • Âge des femmes 18 ans ou plus
  • Pays USA
  • Type d‘étude III - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Données spécifiquement recueillies dans cet objectif
  • Symptômes Mortalité ou suicide ou idées de suicide ou automutilation, Dépression, Anxiété, Abus de substances, alcool ou drogue, addictions, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - non renseigné
  • Jeu de données utilisé - National Comorbidity Survey Replication
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 452
  • Effectif - pas avortement (qu'il y ait ou non une grossesse) 2839
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Mortalité ou suicide ou idées de suicide ou automutilation
  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Anxiété
  • Critères de jugement Abus de substances, alcool ou drogue, addictions
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Composite International Diagnostic Interview (CIDI)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM)
s

Synthèse

Objectif : Etude de la relation entre IVG et la survenue de troubles mentaux et d'idéation suicidaire, ajustées aux variables sociodémographiques et à l'exposition à la violence. Etude de la relation temporelle entre l'âge de l'IVG et l'âge de survenue de troubles mentaux.

Type/ Schéma d'étude : Cohorte rétrospective.

Population étudiée : Cohorte extraite de la National Comorbidity Survey Replication (NCS-R). Inclusion de 3310 femmes de plus de 18 ans, issues de 48 états américains (Alaska et Hawaï exclus), ayant avorté au moins une fois à une date connue, non institutionalisées. Ces femmes ont été soumises à des questions sur le nombre et la date des avortements ainsi qu'à des questionnaires validés destinés à évaluer leur santé mentale: Composite International Diagnostic Interview version 3.0 (CIDI), basé sur le Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux-version IV (DSM IV) et elles ont répondu à des questions concernant l'avortement et des idées suicidaires (n=3310).

Mesure(s) principale(s) : Analyses de régression logistique. Calcul d'odds ratio (OR) ajustés pour les facteurs socio-économiques et la violence. Calcul de la fraction attribuable à la population pour les troubles mentaux associés de façon significative à l'avortement. Pourcentages de femmes dont le début de troubles mentaux survient après le premier avortement.

Résultat(s) : 10,5% des femmes ont déclaré avoir avorté. Après ajustement pour les caractéristiques socio-économiques et l'exposition à la violence, une association significative a été observée entre avortement et troubles de l'humeur (OR=1,61), phobie sociale (OR=1,61), abus de substances (OR=3,8), idées suicidaires (OR=1,59). L'analyse de la fraction attribuable à l'IVG pour chacune de ces pathologies va de 5,8% (idées suicidaires) à 24,7% (toxicomanie). L'exposition à la violence est un facteur confondant dans certaines des associations. Les problèmes mentaux ont débuté, pour plus de la moitié des femmes, avant l'avortement.

Conclusion(s) : Cette étude confirme une association significative entre avortement et troubles mentaux mais ne permet pas de conclure à la direction d'une association temporelle.

 

R

Résultats Quantitatifs

Trouble de l'humeur OR 1,61 Phobie sociale OR 1,61 Abus de substances OR 3,8 Idées suicidaires OR 1,59

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

non renseigné

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Les troubles étaient enregistrés par des enquêteurs non spécialistes

Le caractère transversal du recueil de données rend faible le niveau de preuve: la chronologie entre avortement et troubles n'est pas identifiable

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Etude bien menée.

++

Ton neutre. Prudence dans l’interprétation des résultats.

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page