Grossesse non désirée, avortement provoqué et santé mentale

  Auteurs : Horvath S, Schreiber CA.   Date de publication : 2017
lien URL vers l‘étude

Ce type d'article est plus fréquent à partir de l'année 2016: elle compare les événements psychologiques qui suivent l'avortement à ceux qui sont observés chez les femmes qui ont demandé une IVG mais ont eu un refus pour une raison ou l'autre.

Ces études trouvent en général des troubles dans les 2 groupes et en concluent que cela montre qu'il n'y a pas d'augmentation de la fréquence des troubles chez les femmes qui ont eu un avortement. Mais le groupe de comparaison a bien des raisons d'avoir lui aussi des troubles, ce qui en fait un groupe de comparaison inadéquat.

Titre original de l'étude : Unintended Pregnancy, Induced Abortion, and Mental Health

I

Informations générales

  • Âge des femmes non renseigné
  • Pays USA
  • Type d‘étude VI - Revue de la littérature
  • Symptômes Dépression, Anxiété
  • Période post-avortement étudiée - non renseigné
  • Jeu de données utilisé - non renseigné
G

Groupe(s) comparé(s)

c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Anxiété
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • non renseigné
s

Synthèse

OBJET DE L'EXAMEN :

Les premières publications médicales sur les effets sur la santé mentale à la suite d'un avortement sont truffées de failles méthodologiques qui peuvent influer de façon inappropriée sur la pratique clinique. Notre objectif est d'examiner la documentation médicale actuelle sur la dépression et d'autres problèmes de santé mentale chez les femmes qui ont recours à l'avortement.


DES DÉCOUVERTES RÉCENTES :

L'étude Turnaway a recruté prospectivement 956 femmes cherchant à se faire avorter aux Etats-Unis et a suivi leur état de santé mentale pendant 5 ans. Le groupe témoin était composé de femmes qui se sont vu refuser l'avortement en raison de limites d'âge gestationnel, contournant ainsi la principale faille méthodologique qui avait entravé les études antérieures sur le sujet. Les taux de dépression ne sont pas significativement différents entre les femmes qui se font avorter et celles qui se voient refuser l'avortement. Les taux d'anxiété sont d'abord plus élevés chez les femmes qui se voient refuser des soins d'avortement. Les conseils sur la prise de décision pour les femmes qui ont des grossesses non désirées devraient refléter ces résultats.

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

non renseigné

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

non renseigné

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page