La dépression et la faible estime de soi atteint-elle les adolescents après une IVG? Preuve d'une étude nationale

  Auteurs : Warren JT, Harvey SM, Henderson JT.   Date de publication : 2010
lien URL vers l‘étude

Cette article recherche un lien entre une IVG dans l'adolescence et la survenue de troubles psychologiques dans les années qui suivent.

Titre original de l'étude : Do depression and low self-esteem follow abortion among adolescents? Evidence from a national study.

I

Informations générales

  • Âge des femmes Adolescentes
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Faible estime de soi, Dépression, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Précoce et tardif, sur plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - National Longitudinal Study of Adolescent Health (ADD-HEALTH)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 69
  • Effectif - grossesse avec accouchement 220
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Faible estime de soi
  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • non renseigné
s

Synthèse

MÉTHODES:
Les données de l'Enquête longitudinale nationale sur la santé des adolescents ont été utilisées pour examiner si l'avortement pendant l'adolescence a été associé à une dépression ultérieure et une faible estime de soi. En tout, 289 femmes interrogées ont déclaré au moins une grossesse entre la phase 1 (1994-1995) et la phase 2 (1996) de l'enquête. Parmi celles-ci, 69 ont rapporté un avortement provoqué.

Des modèles de régression logistique pondérés ont été utilisés pour évaluer les associations entre l'avortement et la dépression ou une faible estime de soi dans l'année de la grossesse et environ cinq ans plus tard, à la vague 3 (2001-2002).

RÉSULTATS:
Dans cette étude, l'avortement n'a pas été associée à la dépression ou faible estime de soi.

CONCLUSIONS:
Les adolescentes qui ont un avortement ne semblent pas être à risque élevé de dépression ou de faible estime de soi, à court terme ou jusqu'à cinq ans après l'avortement.

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Le recueil de données auprès des jeunes femmes a été réalisé avec minutie: elles répondaient à des questions pré-enregistrées et transmises par écouteur.

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Sujet important.

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page