Grossesse adolescente un an plus tard: l'effet de l'avortement comparée à la maternité dans le Nord du Brésil

  Auteurs : Bailey PE, Bruno ZV, Bezerra MF, Queiróz I, Oliveira CM, Chen-Mok M.   Date de publication : 2001
lien URL vers l‘étude

Cette étude de cohorte analyse les conséquences des grossesses menées à terme chez des adolescentes et celles qui consultent pour des complications d'avortement (spontané ou volontaire et illégal). Il apparaît qu'une grossesse menée à terme pendant l’adolescence semble avoir des répercussions positives sur l’estime de soi et la vie conjugale, même si elle entraine une déscolarisation.

 

 

Titre original de l'étude : Adolescent pregnancy : one year later : the effect of abortion versus motherhood in Northeast Brazil.

I

Informations générales

  • Âge des femmes 12 à 18 ans
  • Pays Brésil
  • Type d‘étude III - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Données spécifiquement recueillies dans cet objectif
  • Symptômes Faible estime de soi, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Une année
  • Jeu de données utilisé - Jeu de données spécifiquement recueilli pour l'étude
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 125
  • Effectif - naissance après grossesse non désirée 229 (non-planifiées)
  • Effectif - grossesse avec accouchement 138 (planifiées)
  • Effectif - fausses couches spontanées 71
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Faible estime de soi
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Rosenberg Self-Esteem Scale
s

Synthèse

Objectif : Comparer l'impact de grossesses menées à terme ou avortées illégalement chez des adolescentes brésiliennes.

Type/ Schéma d'étude : Etude de cohorte à 2 bras.

Population étudiée : Adolescentes de moins de 18 ans, consultant dans un hôpital de Fortaleza, dans le NE du Brésil, pour un suivi de grossesse de moins de 28 semaines d'aménorrhée ou des complications d'un avortement illégal à moins de 21 semaines. Les adolescentes étaient ensuite suivies 45 jours et 1 an après la date d'accouchement ou d'avortement.

Mesure(s) principale(s) : Echelle d'estime de soi de Rosenberg, traduite et simplifiée, utilisée au moment de l'avortement (ou du premier suivi de grossesse) puis 45 jours et 1 an après l'avortement ou l'accouchement. Questionnaires d'intention, d'impact de la grossesse et des relations avec l'entourage, questionnaire sur la scolarisation et l'emploi. Analyse de régression logistique.

Résultat(s): Augmentation significative du pourcentage d'adolescentes ayant une estime de soi élevée 1 an après l'accouchement ou l'avortement volontaire. Diminution significative de l'impact positif estimé de la grossesse sur leur vie, pour les adolescentes qui ont accouché, lorsqu'elles ont été confrontées à la réalité de la maternité. Augmentation significative du nombre d'adolescentes mariées ou vivant maritalement après un accouchement. Les relations avec les parents sont restées stables ou se sont améliorées, alors que les relations avec le partenaire se sont détériorées parmi les adolescentes qui ont accouché. Les facteurs prédictifs positifs d'une estime de soi élevée à 1 an sont : la grossesse menée à terme, une activité professionnelle et la poursuite d'études.

L'avortement ou une fausse couche spontanée est prédictif d'une moindre estime de soi. Les facteurs prédictifs d'une perception positive de la grossesse sont la perception positive de celle-ci à l'inclusion et une bonne relation avec le partenaire. Les facteurs prédictifs d'une bonne relation à un an avec le partenaire sont une bonne relation à l'inclusion, un impact de la grossesse perçu comme positif et l'existence d'une vie commune.

Conclusion(s) : Une première grossesse menée à terme pendant l'adolescence a amélioré de façon significative l'estime de soi et les relations avec les parents. Elle s’est accompagnée d'un partage des responsabilités parentales avec une augmentation significative de la vie commune avec le père de l'enfant. L'augmentation de l'estime de soi est significative aussi un an après un avortement mais reste plus basse que celle des femmes qui ont accouché. Il y a une déscolarisation significative des adolescentes qui ont avorté ou accouché, au profit d'une activité professionnelle.

R

Résultats Quantitatifs

Résultat sur le critère jugement faible estime de soi

Parmi les adolescentes qui ont avorté, le pourcentage ayant une bonne estime de soi passait de 21% avant l'avortement à 42% un an après. Parmi les adolescentes qui ont gardé leur enfant malgré une grossesse non désirée, le pourcentage ayant une bonne estime de soi passait de 30% pendant la grossesse, à 59.7% un an après.

Résultats sur le critère jugement divers, troubles relationnels ou autres

Les adolescentes qui ont avorté étaient plus souvent scolarisées un an après que celles qui avaient gardé leur enfant.

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant les groupes qui servent de comparaison au groupe IVG : Groupe de comparaison adapté: grossesse non désirée avec accouchement

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

En dehors des questions portant sur l'estime de soi, l'enquête n'utilisait pas des questionnaires validés

Le grand nombre de résultats, discutés dans divers sens, donne une impression d'insécurité sur les conclusions tirées par les auteurs.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique


Correcte, même si les auteurs semblent parfois épouser les positions idéologiques du principal promoteur de l’étude.

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page