Dépression associée à l'avortement et la naissance: analyse long terme d'une cohorte de NLSY

  Auteurs : Cougle JR, Reardon DC, Coleman PK.   Date de publication : 2003
lien URL vers l‘étude

Cette étude de cohorte longitudinale prospective a pour objectif de comparer les scores de dépression dans une population de femmes, plusieurs années après une grossesse terminée par une IVG ou un accouchement. Elle montre que les femmes déclarant avoir eu une IVG avaient 65% de risques de dépression de plus que celles qui ont accouché.

 

Titre original de l'étude : Depression associated with abortion and childbirth: a long-term analysis of the NLSY cohort.

I

Informations générales

  • Âge des femmes 15 à 34 ans
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Dépression, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - National Longitudinal Survey of Youth (NLSY)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 293
  • Effectif - grossesse avec accouchement 1591
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Center for Epidemiologic Studies Depression Scale (CES-D)
s

Synthèse

Objectif : Comparaison des scores de dépression dans une population de femmes, plusieurs années après une grossesse terminée par une IVG ou un accouchement.

Type/ Schéma d'étude : cohorte longitudinale prospective, étude secondaire

Population étudiée : Sous-population de la cohorte National Longitudinal Survey of Youth (NLSY), constituée de femmes ayant eu une première grossesse entre 1980 et 1992 terminée par une IVG ou un accouchement. Ces femmes, n’ayant pas d'antécédents d'IVG, ont été soumises en 1979 à l'échelle de Rotter et en 1992 à l'échelle de dépression CESD. Parmi les 1884 femmes étudiées 293 femmes font partie du groupe IVG et 1591 du groupe accouchement.

Mesure(s) principale(s) : % de femmes ayant un score CESD de dépression >15

Résultat(s): 27% des femmes dans le groupe IVG et 21% des femmes du groupe accouchement avaient un score CESD >15, avec un odd ratio de 1,65 (p=0,011; intervalle de confiance (IC) à 95% soit IC=1,12-2,43). Une augmentation significative  a été observée pour les items « tristesse » et relations négatives dans le groupe IVG, mais il n'y avait pas  de différence significative pour les items « plaisir » et « estime de soi ».

Conclusion(s) : Dans la population étudiée, les femmes déclarant avoir eu une IVG avaient 65% de risque de plus d'avoir un score CESD >15 que celles ayant accouché, orientant vers un risque de dépression plus élevé.

R

Résultats Quantitatifs

27% des femmes dans le groupe IVG et 21% des femmes du groupe accouchement avaient un score CESD >15 odd ratio 1,65, IC à 95% 1,12-2,43. Dans le groupe des femmes mariées, qui sont les plus nombreuses, le lien entre avortement et risque de dépression est plus fort: 26% dans le groupe avortement versus 17% dans le groupe accouchement, avec un odds ratio ajusté de 2.16. Chez les femmes non mariée le lien entre avortement et dépression n'est pas mis en évidence

Résultat sur le critère jugement dépression

Risque multiplié par environ 1.639 fois (d'après revue de littérature de Coleman, 2011)

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant la mesure du critère de résultat (les troubles psychologiques) : Questionnaire standardisé

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant la population étudiée : Population particulière : généralisabilité incertaine

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Il s'agit d'un échantillon national de jeunes de 14-21 ans en 1979, mais avec sur-représentation de personnes des communautés noires, hispaniques ou de blancs pauvres.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Sous-représentation du groupe IVG donc les résultats sont probablement dilués.

Etude bien menée

++


La présentation confuse des résultats et notamment le fait que les valeurs absolues sont difficiles à retrouver dans l’article ou absentes gêne la compréhension.

Ton neutre

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page