Avortement et anxiété : quelle relation?

  Auteurs : Steinberg JR, Russo NF.   Date de publication : 2008
lien URL vers l‘étude

Cette article est constituée de deux études sur deux cohortes distinctes chacune à deux bras:ces deux études sont analysées de façon très approfondie afin de répondre aux questions suivantes :

* y a-t-il plus d'anxiété après IVG qu'après accouchement

* quelle part de l'anxiété post-IVG est éventuellement expliquée par une anxiété pré-IVG?

* Y a-t-il une relation entre le nombre d'avortements et l'anxiété

* Quelle part de l'anxiété post-IVG est-elle expliquée par des événements qui précèdent l'IVG, tels que la violence subie ?

Titre original de l'étude : Abortion and anxiety: What’s the relationship?

I

Informations générales

  • Âge des femmes 15 à 44 ans
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Stress, Anxiété, Etat de stress post-traumatique (en anglais: PTSD), Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - United States National Survey of Family Growth (NSFG) and the National Comorbidity Survey (NCS)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG Etude 1-A, comparant IVG et accouchement parmi grossesses non désirées : 1167 IVG; Etude 1-B, comparant IVG et accouchement parmi grossesses désirées ou non: 1236 IVG; Etude 2, comparant IVG et accouchement parmi grossesses désirées ou non dans une autre population: 273 IVG
  • Effectif - naissance après grossesse non désirée Etude 1-A : 2315
  • Effectif - grossesse avec accouchement Etude 1-B : 5458; Etude 2 : 1549
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Anxiété
  • Critères de jugement Etat de stress post-traumatique (en anglais: PTSD)
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Generalized Anxiety Disorder (GAD)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Post Traumatic Stress Disorder (PTSD)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Composite International Diagnostic Interview (CIDI)
s

Synthèse

Objectif : Evaluer l'existence d'un lien entre IVG et l'anxiété.

  • Etude 1: lien entre IVG et anxiété sans distinguer clairement les troubles anxieux.
  • Etude 2: lien entre IVG et anxiété, en distinguant troubles anxieux généralisé, anxiété sociale, et stress post traumatique.

Schéma d'étude :

Les deux analyses statistiques portent sur des données existantes, analysées aussi par d'autres auteurs

  • Etude 1: Comporte deux sous analyses (disons 1-A  et 1-B), la première (1-A) portant seulement sur les grossesses non désirées et la seconde (1-B) analysant le devenir de toutes les grossesses, désirées ou non
  • Etude 2 : Une seule analyse, portant sur le devenir de toutes les grossesses, désirées ou non

Il s'agit d'analyses secondaires de cohortes existantes, utilisés par plusieurs auteurs dans l'analyse des relations entre avortement et troubles psychiques.

Population étudiée :

- Etude 1: Echantillon du « National Survey of Family Growth » en 1995, quelqu’en soit l'issue : IVG ou naissance

- Etude 2: Echantillon de la cohorte National Comorbidity Survey, entre 1990 et 1992, dont la première grossesse s’est terminée par une IVG ou une naissance

Mesure(s) principale(s) :

  • Fréquence des troubles de type anxiété selon le nombre d'avortements
  • Estimation du surrisque d'anxiété après IVG par rapport à après accouchement, sans ajustement sur le passé d'anxiété ou de violence subie
  • Estimation du surrisque d'anxiété après IVG par rapport à après accouchement, après ajustement sur le passé d'anxiété ou de violence subie

Résultat(s):

  • Etude 1. Les femmes dont la première grossesse aboutit à une IVG développent significativement plus de symptômes anxieux que celles dont la première grossesse aboutit à une naissance. Le taux de femmes ayant un score d'anxiété élevé augmente avec le nombre d'avortements ; l'analyse de régression logistique montre une augmentation significative des odds ratio entre 0 et 1, 1 et 2, 0 et 2 avortements, lorsque les variables sont contrôlées pour des facteurs sociodémographiques et aux antécédents de viol.
  • Etude 2. Il n’y a pas d'augmentation significative de l'anxiété généralisée, de la phobie sociale ni du syndrome post-traumatique dans la cohorte qui a avorté par rapport à celle qui a accouché; une augmentation significative de la phobie sociale et du syndrome post-traumatique est cependant observée avec un nombre d'avortements croissant.

Conclusion(s) : Cette étude montre une augmentation significative des signes d'anxiété après une première grossesse terminée par un avortement. Mais, ce lien n'est pas confirmée quand on ajuste sur les facteurs confondants éventuels. Les auteurs ne retiennent donc pas le lien entre IVG et survenue ultérieure d'anxiété. Cependant, les détails disponibles dans l'articles font craindre que l'ajustement ait été trop "fort", masquant le lien entre IVG et anxiété. Il est en effet nécessaire de ne pas ajuster sur les facteurs qui prédisent l'IVG; si on utilise ce surajustement on fait disparaitre l'effet étudié.

R

Résultats Quantitatifs

Résultat sur le critère jugement anxiété

Etude 1-A Odds ratio ajusté : 1.21 ; Etude 1-B Odds-ratio ajusté 1.25 Etude 2-non ajustée : anxiété sociale Odds ratio 1.55; PTSD Odds ratio: 2.31; Etude 2 ajustée (avec risque de surajustement) Anxiété sociale Odds ratio ajusté: 0.84 ; Etude 2-PTSD Odds ratio ajusté: 0.98

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant la population étudiée : Echantillon représentatif de population national (ou régionale)

Point fort concernant les groupes qui servent de comparaison au groupe IVG : Groupe de comparaison adapté: grossesse non désirée avec accouchement

Point fort concernant la mesure du critère de résultat (les troubles psychologiques) : Questionnaire standardisé

Notons cependant qu'il s'agit d'un échantillon avec une fraction d’échantillonnage plus grande pour divers catégories. Si cela n'était pas pris en compte au moment de l'analyse, alors il ne serait pas exact d'écrire que c'est un échantillon "représentatif". Les analyses statistiques avec étude de la significativité prennent bien en compte cela dans cet article.

Il y a prise en compte des facteurs de confusion potentiel, ce qui évite de croire que la grande fréquence de l'anxiété après IVG ne serait due qu'à l'IVG, lorsque d'autres facteurs interviennent.

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Il y a ajustement sur tout ce qui peut expliquer l'anxiété en plus de l'IVG. Cependant, il y a risque de surajustement, pouvant masquer l'effet de l'IVG, car dans les facteurs introduits pour ajuster, il y a des facteurs associés à plus d'IVG. Cela peut masquer un part de l'effet de l'IVG sur l'anxiété.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Etude secondaire destinée à réanalyser les données utilisées par d'autre auteurs, et à contredire partiellement leurs résultats.

L’absence de neutralité des auteurs dans leurs conclusions est à déplorer.

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page