IVG du premier trimestre et risque de troubles mentaux

  Auteurs : Munk-Olsen T, Laursen TM, Pedersen CB, Lidegaard Ø, Mortensen PB.   Date de publication : 2011
lien URL vers l‘étude

Cette étude est une étude de cohorte avec analyse de données a posteriori sur l'incidence des premiers contacts pour des maladies psychiatriques chez des femmes ayant accouché ou ayant eu une IVG au premier trimestre de grossesse.Chez les personnes qui ont eu une IVG ce premier contact était plus fréquent que chez celles qui ont accouché. Cet écart est observé avant et après l'événement. Il n'y a pas plus de premier contact psychiatrique après IVG qu'avant.

 

 

Titre original de l'étude : Induced first-trimester abortion and risk of mental disorder.

I

Informations générales

  • Âge des femmes 15-45 ans
  • Pays Danemark
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Stress, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Une année
  • Jeu de données utilisé - non renseigné
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 84620
  • Effectif - grossesse avec accouchement 280930
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • non renseigné
s

Synthèse

Objectif : Déterminer si la probabilité de consultation pour problème psychiatrique est augmenté ou non après une IVG ?

Type/ Schéma d'étude : Etude de registres nationaux. Les données ont été extraites des registres d'IVG publiques et de consultations externes et hospitalisations en psychiatrie. Analyse par recoupement des registres médicaux, les danois bénéficiant d'un numéro d'identification unique

Population étudiée : Patientes de plus de 15 ans, nées entre 1962 et 1993, ayant eu une 1ère IVG au 1er trimestre ou un 1er accouchement), entre 1995 et 2007, nées au Danemark. Exclusion des femmes étrangères ou expatriées, ayant des antécédents psychiatriques antérieurs aux 9 mois précédant l'IVG et les < 2% des IVG, pratiquées dans des cliniques privées, non répertoriées dans le registre national.

Période de la vie étudiée : 9 mois avant IVG ou accouchement et 12 mois après.

Mesure(s) principale(s) : Incidence des premiers contacts pour des maladies psychiatriques chez des femmes ayant accouché ou ayant bénéficié d'une IVG au premier trimestre de grossesse.

Type/ méthode: Régression de Poisson prenant en compte la durée d'exposition.

Résultat(s): Il y a trois fois plus de 1ères consultations psychiatriques dans le groupe IVG que dans le groupe accouchement, cela déjà pendant la période qui précède l''événement. Il y a deux fois plus de consultations psychiatriques en post-partum que pendant la grossesse, essentiellement dans les 3 premiers mois post-partum. Cette augmentation est suivie d'une franche diminution chez les femmes ayant accouché. Les contacts pour pathologies de type névrose, stress et troubles somatoformes sont augmentées en post-IVG et en post-partum immédiat.

Conclusion(s) La fréquence des premières consultations en psychiatrice est inchangée après une IVG.

 

R

Résultats Quantitatifs

Avant IVG 14,6 pour 1000 personnes-années; Après IVG 15,2 pour 1000 ---- Avant accouchement 3,9 pour 1000; Après accouchement 6,7 pour 1000

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant la population étudiée : Population nationale (ou régionale)

Point fort concernant le recueil des données : Sans intervention du patient, ni des chercheurs

Point fort - mesure du facteur étudié (avortement) : Recueil du facteur étudié (avortement) sur données médico-administratives

Point fort concernant la mesure du critère de résultat (les troubles psychologiques) : Evénement extrait des registres ou de données médico-administratives

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant la prise en compte des facteurs qui peuvent fausser l'analyse : Pas d'ajustement

Les sujets ne participent que jusqu'au premier contact psychiatrique. Les personnes ayant un premier contact avant l'IVG je participent donc plus après l'IVG, ce qui constitue un biais de sélection pour l'étude avant après IVG.

Choix contestable de la période de recueil des troubles qui précèdent : C'est la période de neuf mois avant l’'accouchement, ce qui correspond à une période de grossesse, en cas d'accouchement et pour les IVG les neufs mois qui précèdent la grossesse.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Etude financée par un laboratoire pharmaceutique producteurs de médicaments utilisés dans l’IVG médicamenteuse et par une Fondation accordant des financements aux services de Planning familial dans le monde et à la promotion de l'IVG. On peut donc s'inquiéter du parti pris de cette étude.

 

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page