Réponses psychologiques des femmes après un avortement du premier trimestre

  Auteurs : Major B, Cozzarelli C, Cooper ML, Zubek J, Richards C, Wilhite M, Gramzow RH.   Date de publication : 2000
lien URL vers l‘étude

Cette étude est une étude de cohorte prospective de femme qui ont eu une IVG, sans groupe contrôle. Elle cherche à décrire la santé mentale et les émotions d'un échantillon de femmes après une IVG par aspiration au 1er trimestre et met en évidence une réaction tout d'abord positive, suivie d'une augmentation faible mais statistiquement significative de réponses psychologiques négatives à l’IVG, en particulier dans des populations plus fragiles (antécédents de dépression et celles de moins de 19 ans) et celles qui avaient déjà des enfants. La proportion de femmes satisfaites de leur décision d'avorter décroit avec le temps.

 

Titre original de l'étude : Psychological Responses of Women After First-Trimester Abortion

I

Informations générales

  • Âge des femmes Inférieur à 30 ans pour 86% des cas
  • Pays USA
  • Type d‘étude V - Non Comparative Rétrospectif (groupe avortement seulement) ; Données spécifiquement recueillies dans cet objectif
  • Symptômes Détresse, Soulagement, Stress, Faible estime de soi, Dépression, Etat de stress post-traumatique (en anglais: PTSD), Satisfaction de la femme, concernant sa décision d'avoir un avortement, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - Jeu de données spécifiquement recueilli pour l'étude
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 442
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Faible estime de soi
  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Etat de stress post-traumatique (en anglais: PTSD)
  • Critères de jugement Satisfaction de la femme, concernant sa décision d'avoir un avortement
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Brief Symptom Inventory
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Diagnostic Interview Schedule (DIS)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Rosenberg Self-Esteem Scale
s

Synthèse

Objectif : décrire la santé mentale et les émotions d'un échantillon de femmes après une IVG par aspiration au 1er trimestre

Type/ Schéma d'étude : Etude de cohorte prospective.

Population étudiée : Inclusion de 442 femmes chez qui une IVG par aspiration a été pratiquée, au 1er trimestre d'une grossesse non désirée, non consécutive à un viol, entre février et septembre 1993 dans 3 cliniques de Buffalo, dans l'état de New York . Après inclusion et signature du consentement éclairé, les femmes ont été soumises à un questionnaire 1h avant (T1), 1h après (T2), 1 mois (T3) et 2 ans (T4) après l'IVG. Les questionnaires le jour de l'IVG ont été réalisés par un investigateur à la clinique, les questionnaires à 1 mois et 2 ans ont été réalisés par les femmes à domicile, par un investigateur à la clinique ou dans un lieu neutre.

Mesure(s) principale(s) : Echelle de dépression et d'estime de soi, questionnaire de stress post-traumatique, questionnaire d'appréciation de la décision d'IVG et des émotions liées à cette IVG.

Résultat(s): Il n’y a pas de différence significative dans l'appréciation de la décision au cours du temps. De façon significative, le sentiment de soulagement prédomine 1 heure après l'IVG, et diminue ensuite, alors que les émotions négatives augmentent et que les émotions positives diminuent à 2 ans. La satisfaction par rapport à la décision d'avorter diminue aussi de façon significative à 2 ans par rapport à 1 mois après l'IVG. Une dépression post-IVG était plus fréquente chez les femmes ayant des antécédents dépressifs avant l'IVG. Les femmes de moins de 19 ans, et celles qui avaient plus d'enfants avant l'IVG avaient davantage de sentiments négatifs. La dépression post-IVG plus importante de façon significative chez les femmes d'origine hispanique. 69% des femmes auraient avorté si c’était à refaire et 19% des femmes ont déclaré qu’elles n’auraient pas avorté.

Conclusion(s) : Deux ans après une IVG, il existe une augmentation faible mais significative de réponses psychologiques négatives à l'IVG, en particulier dans des populations plus fragiles (antécédents de dépression, et celles de moins de 19 ans) et , celles qui avaient déjà des enfants.

 

R

Résultats Quantitatifs

Après un premier sentiment de satisfaction, un mois après l'IVG, augmentation significative des émotions négatives et de l'estime de soi, diminution des émotions positives, de la satisfaction, du score de dépression.

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

85% des femmes éligibles ont accepté de participer

Recueil prospectif, par les femmes, lors de rendez vous ou par email.

Utilisation de questionnaires validés, certains adaptés pour le mode de recueil. Recueil tout aussi bien des troubles que de la satisfaction de la femme.

Méthode statistique adaptée pour suivi longitudinal.

Le suivi longitudinal

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

50% des femmes enregistrées ont été suivies jusqu'à 2 ans: ceci fait craindre un biais lié à la non participation des femmes sans trouble, ou au contraire des femmes présentant des troubles.

Pas de groupe contrôle: il aurait été intéressant de comparer l'évolution avec celle observée chez un groupe de femmes n'ayant pas eu d'IVG lors de leur grossesse non désirée.

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Choix subjectif de l'investigateur des femmes interrogées: il écarte semble-t-il les femmes hispaniques, noires ou encore celles qui semblent en détresse dès avant l'IVG. On peut donc se poser la question d'un éventuel parti pris.

Niveau de preuve faible

--

Cette étude traduit un certain parti pris et présente parfois des résultats confus

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page