La dimension psychologique dans la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse.

  Auteurs : Dupont S.   Date de publication : 2004
lien URL vers l‘étude

Analyse de son expérience par une psychologue ayant participé à 507 entretien de femmes ayant sollicité une IVG: il s'agit donc d'interview effectués avant l'IVG, ce qui n'est pas directement une étude des troubles qui suivent l'IVG. Cependant l'analyse est importante dans notre travail, car elle donne des clefs de compréhension des troubles qui peuvent apparaître ultérieurement.

Titre original de l'étude : La dimension psychologique dans la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse.

I

Informations générales

  • Âge des femmes 12-46
  • Pays France
  • Type d‘étude VII - Editorial, Réflexion, Lettre, Commentaires
  • Symptômes Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - non renseigné
  • Jeu de données utilisé - non renseigné
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 507
c

Critère(s) de jugement

M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • non renseigné
s

Synthèse

Objectif. Identifier et décrire les principaux processus psychologiques mis en oeuvre chez les femmes ayant recours à l'interruption volontaire de grossesse, et plis particulièrment ceux qui peuvent avoir une incidence dans la relation médecin-patiente.
Population et méthode. Entretiens psychologiques et participation, en tant qu'assistant psychologue, aux consulations de demande d'IVG, auprès de l'échantillon "tout venant" des 507 femmes, mineures et majeures, ayant sollicité une IVG au Centre Médico-Chirurgial et Obstétrical de Schiltigheim, entre novembre 2002 et juin 2003.
Résultats et discussion. L'étude met en évidence une tendance récurrente des femmes à aborder une attitude psychologique défensive vis-à-vis de la situation d'IVG, et à occulter leur éprouvé affectif ainsi que les processus spontanés de maturation maternelle liés au vécu de la grossesse. Cet écueil à l'élaboration psychique semble s'associer, selon les cas, à une forme particulière de deuil pathologique de la grossesse, à un facteur de recours à l'agir (plus prégant chez les adolescentes), ou à des difficultés ultérieures à soutenir d'autres maternités.
Conclusion. Au regard des incidences psychologiques rencontrées chez un grand nombre des femmes ayant recours à l'IVG, et du rôle que peuvent avoir médecins et soignants dans leur repérage et leur prévention, cette étude propose des directions de travail permettant de tenir compte de la dimension psychologique dans leur prise en charge.

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

non renseigné

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

non renseigné

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page