expérience de fausse couche ou d'IVG et risque d'état de stress post-traumatique et de dépression lors de la grossesse suivant cet évènement

  Auteurs : Hamama L   Date de publication : 2010
lien URL vers l‘étude

Cette étude porte sur le lien entre une IVG dans le passé et le déroulement d'une grossesse.

Titre original de l'étude : Previous experience of spontaneous or elective abortion and risk for posttraumatic stress and depression during subsequent pregnancy

I

Informations générales

  • Âge des femmes à partir de 18 ans
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Stress, Dépression, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - Psychobiology of PTSD & Adverse Outcomes of Childbearing (STACY)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 199 (plus 22 qui ont eu IVG et fausse couche spontanée)
  • Effectif - fausses couches spontanées 184
  • Effectif - pas avortement (qu'il y ait ou non une grossesse) 1176
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Dépression
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Life Stressor Checklist (LSC)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques National Women’s Study PTSD Module (NWS-PTSD)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Composite International Diagnostic Interview (CIDI)
s

Synthèse

Le projet STACY est une étude qui examine les effets de l'état de stress psychologique post-traumatique ("posttraumatic stress disorder"  PTSD) sur un éventail de résultats en matière de santé mentale et obstétricales chez les femmes qui attendent leur premier enfant.

Cet article utilise les données du projet STACY.

Parmi 2689 femmes éligibles, identifiées au moment d'une grossesse à l'initiation des soins prénataux, 1653 ont pu être contactées par téléphone: lors de l'entretien au téléphone quelques temps après leur inclusion, 14% (n=221) des femmes déclaraient avoir eu un avortement avant leur grossesse actuelle, 13.1% (n=206) une fausse couche et 1.4% (n=22) avaient vécu les deux.

Parmi les femmes qui avaient eu une IVG ou une fausse couche spontanée, 13.9%  parlent de cet événement comme ayant été "un moment difficile" (c'est à dire, potentiellement traumatique) et 32,6% ont classé cet événement comme majeur (le premier ou le second parmi les expériences les plus traumatisants de leur vie).

Dans le sous-ensemble de 405 femmes ayant un antécédent d'IVG ou une fausse couche spontanée, le taux de PTSD au cours de la grossesse suivante était de 12,6%, le taux de dépression était de 16,8%, et 5,4% avaient les deux troubles.

Un passé de traumatisme sexuel était prédicteur de la qualification du vécu d'une IVG ou fausse couche comme une "période difficile".

IVG ou d'une fausse couche ont été évalués comme moins traumatisant que l'exposition aux traumatismes sexuels ou médicaux.

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Recueil planifié des informations, par des personnels formé, utilisant des questionnaires structurés

L'analyse statistique semble correctement réalisée, cependant.

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Les femmes n'ont pas été recrutées de façon aléatoire, mais pour être inclus dans étude du "posttraumatic stress disorder" (PTSD). Elles représentent, de ce fait, une population de personnes dans une situation très particulière.

Enquête téléphonique de type "structured computer-assisted telephone interview (CATI)"

Le niveau de preuve ne semble pas élevé :

  • la population étudiée est hospitalière (potentiel biais de Berkson), limitée à 3 établissements
  • recueil transversal des données : le facteur étudié et le critère de jugement sont recueillis au même moment
  • les critères de jugement sont peu spécifiques

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Etude bien conduite

++

 

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page