Réactions à l\'avortement et santé mentale subséquente

  Auteurs : Fergusson DM, Horwood LJ, Boden JM   Date de publication : 2009
lien URL vers l‘étude

L'avortement a été associé à des réactions émotionnelles, les unes positives et les autres négatives. Les réactions émotionnelles négatives semblent augmenter les liens entre l'avortement et les problèmes de santé mentale ultérieure.

Titre original de l'étude : Reactions to abortion and subsequent mental health

I

Informations générales

  • Âge des femmes non renseigné
  • Pays Nouvelle-Zélande
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Culpabilité, Détresse, Sentiment de deuil, Soulagement, Anxiété, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Précoce et tardif, sur plusieurs années
  • Jeu de données utilisé - Christchurch Health and Development Study
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 104
  • Effectif - pas avortement (qu'il y ait ou non une grossesse) 428
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Anxiété
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Diagnostic Interview Schedule for Children (DISC)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Composite International Diagnostic Interview (CIDI)
  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Spécifique de l'étude
s

Synthèse

Objectif : Cette étude vient en réponse à plusieurs articles évoquant la nécessité d'enregistrer non seulement les réactions négatives à l'avortement, mais aussi les réactions positives. Cette étude évalue la fréquence et le type de réactions positives ou négatives dans les suites immédiates d'une IVG, ainsi que le lien entre ces réactions et les troubles mentaux ultérieurs. C'est une extension de l'étude de 2008 des mêmes auteurs (Abortion and mental health disorders: evidence from a 30-year longitudinal study. Fergusson DM, Horwood LJ, Boden JM BJP 2008, 193:444-451).

Type/ Schéma d'étude : cohorte longitudinale prospective. Questionnaire comparatif à 30 ans.

Population étudiée : Sous-population de la cohorte Christchurch Health and Development Study (CHDS), constituée de femmes suivies de la naissance à 30 ans et ayant répondu à différents questionnaires sur leur grossesse, désirée ou non, leur première réaction à cette grossesse, cotée de 1 à 5 (très heureuse à malheureuse).  Etude de 9 réponses émotionnelles (peine, tristesse, culpabilité, regret, deuil, déception, soulagement, joie, satisfaction) chacune cotée de 1 à 3. Leur santé mentale est évaluée selon les critères de la DISC avant 16 ans puis de la CIDI au-delà de 16 ans (dépression majeure, troubles anxieux, idéation suicidaire, dépendance à l'alcool, dépendance à des drogues illicites). Au total, 532 femmes ont été étudiées soit 84% des 630 femmes de la cohorte, 104 ayant eu une IVG.

Mesure(s) principale(s) : L'augmentation du risque de troubles mentaux chaque fois que le nombre de réactions négatives consécutive à une IVG augmente de 1 unité.

Résultat(s): Les sentiments suite à une décision d'IVG sont mitigés mais 90% des femmes disent finalement avoir pris la bonne décision. Plus les réactions négatives post avortement sont nombreuses, plus le risque de développer des troubles mentaux est important : IRR = 1,5.

Conclusion(s) : Il existe un lien entre les sentiments négatifs faisant directement suite à une IVG et l'émergence de troubles mentaux ultérieurs.

 

R

Résultats Quantitatifs

non renseigné

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant la population étudiée : Population nationale (ou régionale)

Point fort concernant la prise en compte des facteurs qui peuvent fausser l'analyse : Ajustement sur antécédents et/ou éventuelles autres caractéristiques

Cohorte de 1265 enfants nés en 1977 dans une région urbaine de Nouvelle-Zélande.  Ceci garantit une diversité de situation, une bonne "représentativité".

Ajustement de bonne qualité pour au moins 2 raisons : étude longitudinale analysée très méticuleusement; ajustement sur de nombreuses variables du passé.

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

non renseigné

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Analyse bien menée

++

Ton neutre Critères de troubles mentaux objectifs.  Vérifiés de manière fiable et valide

Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page