Résolution d'une grossesse non désirée pendant l'adolescence par l'avortement comparé à la naissance: prédicteurs individuels et familiaux et conséqunces psychologiques

  Auteurs : Coleman PK.   Date de publication : 2006
lien URL vers l‘étude

Après prise en compte des facteurs qui augmentent la probabilité d'avortement en cas de grossesse non planifiée, les adolescentes qui ont avorté  à la suite d'une grossesse non désirée étaient plus enclines à demander un soutien psychologique et ont rapporté plus de problèmes de sommeil et plus de consommation de marijuana.

Aucune différence significative n'a été observée pour la cigarette ni pour la fréquence d'utilisation de l'alcool.

Titre original de l'étude : Resolution of Unwanted Pregnancy During Adolescence Through Abortion Versus Childbirth: Individual and Family Predictors and Psychological Consequences

I

Informations générales

  • Âge des femmes 11 à 19 ans
  • Pays USA
  • Type d‘étude II - Comparative (groupe avortement - autre(s) groupe(s)) ; Analyse secondaire ; Données recueillies dans un autre objectif
  • Symptômes Abus de substances, alcool ou drogue, addictions, Troubles du sommeil, Troubles relationnels, Consultation pour troubles psychologiques
  • Période post-avortement étudiée - Une année
  • Jeu de données utilisé - National Longitudinal Study of Adolescent Health (ADD-HEALTH)
G

Groupe(s) comparé(s)

  • Effectif - IVG 65
  • Effectif - naissance après grossesse non désirée 65
c

Critère(s) de jugement

  • Critères de jugement Abus de substances, alcool ou drogue, addictions
  • Critères de jugement Troubles du sommeil
  • Critères de jugement Troubles relationnels
  • Critères de jugement Consultation pour troubles psychologiques
M

Mesure du (des) critère(s) de jugement

  • Modalité de recueil des signes de troubles psychologiques Spécifique de l'étude
s

Synthèse

R

Résultats Quantitatifs

Résultat sur le critère jugement abus de substances, addictions

Risque de consommation d'alcool multiplié par environ1.200 fois (d'après revue de littérature de Coleman, 2011) Risque de consommation de marijuana multiplié par environ 1.990 fois (d'après revue de littérature de Coleman, 2011)

C

Commentaires de la rédaction scientifique

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE ÉLEVÉ

Point fort concernant les groupes qui servent de comparaison au groupe IVG : Groupe de comparaison adapté: grossesse non désirée avec accouchement

Point fort concernant la prise en compte des facteurs qui peuvent fausser l'analyse : Ajustement sur prédicteurs de choix d'avorter ou non (méthode de type score de propension)

Le recueil de données auprès des jeunes femmes a été réalisé avec minutie: elles répondaient à des questions pré-enregistrées et transmises par écouteur.

Les auteurs ont recherché, parmi 17 prédicteurs potentiels de l'issue de la grossesse, les facteurs prédictifs de l'issue de la grossesse: ils ont ensuite ajusté les analyses sur les 2 prédicteurs significatifs, ce qui est bénéfique. Il eut encore été péférable de constituer un score prédictif de l'issue de la grossesse avec ces 17 prédicteurs, significatifs ou non, menant ainsi la méthode du score de propension de façon complète.

ELEMENTS PERMETTANT D'ARGUMENTER EN FAVEUR D'UN NIVEAU DE PREUVE FAIBLE

Point faible concernant le recueil des données : C'est la femme qui communique les 2 critères, le facteur étudié et le critère de jugement. Certaines femmes ont tendance à exprimer largement les choses, d'autres au contraire à les taire. Cela crée une fausse corrélation.

Point faible - mesure du facteur étudié (avortement) : C'est la femme qui déclare son avortement

L'article présente l'analyse statistique semble-t-il bien conduite, mais ne donne pas de chiffres permettant de savoir la proportion des personnes qui a présenté des troubles. Ceci rend difficile de juger des résultats. Ceci est d'autant plus vrai sur un échantillon de taille modeste, comme c'est le cas ici.

Plus important encore, l'article de Hope et al (2003) sur les mêmes données montre qu'après une grossesse menée à terme, il y a baisse de consommation des substances, ce qui peut être faussement interprété comme une augmentation dans le groupe après avortement, alors que ce phénomène n'a pas lieu

Commentaires de la Rédaction Non Scientifique

Etude bien conduite

++


Commentaires des internautes

Aucun commentaire publié sur cette étude pour le moment
Commenter cette étude
étude précédente étude suivante
Haut de page